• La vengeance d'une chimère Partie 4

    J'étais belle en ce temps-là, si belle... Ma robe dorée, nouée d'un cordon rouge à la taille, et ma longue chevelure brune volaient dans la brise. Je ne semblais pas vraiment humaine, ma peau irradiait d'une lumière scintillante. Je tournai mon regard vers le ciel et je vis deux soleils et une lune verte... bien sûr je me trouvais sur la planète Arradia dans le système d'Orion...

    J'étais heureuse et j'avais toutes les raisons de l'être car aujourd'hui j'épousais Athan. Mon coeur bondit dans ma poitrine à l'évocation de ce nom tant aimé... Pourvu qu'il revienne sain et sauf de son initiation! Initiation dans le but de devenir un homme accompli avant le mariage.

    En réalité c'était un mariage arrangé, étant la fille du roi de ce pays, je devais épouser un prince de mon rang. Sauf que Athan n'étais pas prince mais le cousin éloigné du prince que père m'avait choisi... Nous sommes tombés profondément amoureux et mon père  autorisa notre mariage, bien facilement d'ailleurs mais j'étais si heureuse que je ne m'en préoccupais pas.

    Deux jeunes filles, mes suivantes, m'accompagnaient à chacune de mes ballades. Avec le temps elles étaients devenues mes amies.

    _ Nyla, Oris ! Chantai-je le coeur léger.

    Arrivée dans l'enceinte du palais d'argent, les préparatifs battaient leur plein. Tout le monde était afferé à une tâche précise. Je grimpai les escaliers de cristal et rentrai dans ma chambre. La robe de mariée était là, sur le mannequin à mon effigie. Elle était magnifique, féérique, de sons et de lumière, indescriptible. Ma mère l'avait portée avant moi. C'était une robe magique, cadeau des Sylphes, qui s'adaptait à quiconque la portait.

    Mes deux amies commençèrent à me déshabiller, m'enduisirent d'une huile enchantée afin de révéler ma beauté puis m'aidèrent à enfiler la robe joyau.  Ensuite, Nyla me fit une coiffure digne de la reine que je serai bientôt en y ajoutant de la poudre des fées pour les illuminer. J'étais splendide, je ne pouvais le nier. 

    Quelqu'un frappa à la porte. Oris alla ouvrir et un visage familier apparut, souriant.

    _ Père! Que je suis heureuse! Eclatai-je, enfantine.Mais malgré ses apparences joyeuses, son regard semblait se voiler de tristesse, de colère... Je n'y fis pourtant pas grand cas, le mettant sur le fait que sa fille unique était devenue femme à présent et sur le point  de le quitter...

    Il congédia mes deux suivantes, prit mes mains dans les siennes et murmura:

    _ Tu es si belle, on dirait ta mère...

    Puis d'un ton plus enthousiaste, sortit une bouteille de cikaline, alcool doux trés apprécié des nobles dames, remplissa deux coupes et m'en tendit une.

    _Trinquons à la plus belle mariée de cette planète! Puisses-tu être heureuse....                             

    Je bus d'un seul coup grisée par les évènements

    _ Et me pardonner...

    _ Te pardonner? de quoi père? Tu sais je ne te reproches plus la mort de mère. Je sais à présent qu'il s'agissait seulement d'un accident, alors ne t'en fais pas. Je t'aime.

    Je l'enlaçai fortement puis le lachai enfin. Il avait les larmes aux yeux.

    _ Ma chère fille, je te retrouve en bas pour la cérémonie.

    Il quitta alors ma chambre.

    _ Hum il est vraiment bizarre ces derniers temps, enfin pour le moment ne pensons qu'à Athan et moi... Aaah Athan... Rêvai-je. Cet homme aux cheveux bruns et aux yeux verts si pénétrants... que je les aimais tant ces yeux, teintés d'or, oui marrons aux paillettes dorées... Comment? N'était-ce pas verts? ... Tiens, pourquoi ai-je pensé à des yeux verts?

    _Allez il est temps que je descende voir si Athan est arrivé. Athan? Mais non qu'est ce que je raconte! C'est Moëric que je vais épouser...

    J'étais prête, bien que un peu confuse à cause du vin... Je descendis les marches et rejoignit mon père dans la salle du trône. Avec un sourire complice, il s'approcha de moi et, ensemble, nous sortîmes, acclamés par la foule. Je n'avais jamais vu autant de monde réunis dans la cour du palais. Je me sentis soudain trés timide mais mon père me poussait en avant. Puis je le vis, sous l'arbre des unions sacrées. Ses cheveux flottant au vent. Il se retourna et ses yeux dorés me pénétrèrent toute entière. L'espace d'une seconde j'eus un léger recul mais trés vite une sensation de chaleur m'embrasa le corps. Je le voulais à moi toute seule!

    Il me prit par la main et me sourit tandis que je venais me placer à ses côtés. Le Grand Prêtre commença à parler quand un remue-ménage se fit entendre derrière moi.

    Qui osait donc interrompre la cérémonie? Je me tournai et vit un jeune homme brun, essouflé et amaigris qui bousculait les invités en s'approchant de l'Arbre.

    _ Et bien que signifie ce comportement? Répondez!

    Il me fixa de son regard vert émeraude, éblouissant qui me destabilisa un court instant, quelque chose en moi remuait. Il enchaîna:

    _ Mais, Lyana, c'est moi que tu dois épouser aujourd'hui! Mon inititation est terminée. Tu m'as tant manquée!! Qui est cet homme à tes côtés. Que se passe t-il?

    Comment osait-il me parler de façon si familière?? Je rétorquais:

    _ Je ne sais qui vous êtes mais cet homme est mon futur époux et vous dérangez cette union! Gardes! Enfermez cet homme au cachot et qu'il n'y sorte pas! Quel affront!

    D'un air profondément choqué, il eut le temps de me crier:

    _ Lyana!! Que t'es t-il arrivé?? Trois mois et tu m'as déjà oublié? Ton coeur ne se souvient t-il donc plus de ton amour pour moi? Réponds- moi!! C'est moi, Athan, ATHAN... Lyana.. Non, non lâchez-moi!

    Ses cris se firent entendre pendant de longues secondes. Je ne connaissais pas cet homme et pourtant, pourtant lorsque j'ai entendu son nom, mon coeur a vibré une seconde. C'est ce même nom que j'avais prononcé par erreur peu avant. Peu importait, surement un amoureux éconduit dont je ne me souvenais plus.

    Je me tournai vers le prêtre en lui ordonnant de continuer mais celui-ci se contenter de me fixer d'un air intrigué, voire perplexe.

    _ Que se passe t-il encore? Demandai-je.

    Il me répondit:

    _ Ce garçon vous est-il vraiment inconnu? Car si celui-ci ne vous a pas touché le coeur et l'âme alors pourquoi ces larmes?

    Je le fixai à mon tour, étonnée par ses paroles. Je me touchai le visage et sentit effectivement des larmes couler sur mes joues.

    _ Probablement parce que cet imbécile a ruiné mon union avec Moëric. Cela n'est rien. Je vous en prie continuez.

    Le reste de la cérémonie se déroula sans autres incidents mais mon esprit restait embrouillé. Et le resta jusqu'à la mort de mon père, jour où la vérité éclata mais ce fut bien des années aprés mon union, laquelle d'ailleurs ne me rendit pas heureuse...

     

    A SUIVRE


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :