• Voici un conte que je suis en train d'écrire: l'histoire d'une fée qui doit partir à la recherche des morceaux de son coeur afin de se retrouver elle-même... @copyright.

    Il était une fois une petite fée qui ne savait rien de son peuple ni de sa propre identité. Elle vivait depuis toujours dans un monde souterrain plein de tunnels et de galeries dans lesquels la lumière du jour ne perçait jamais; un monde sombre et froid. Nul se souvenait comment ni pourquoi elle s'était retrouvé là, d'ailleurs aucun être du monde d'en bas ne connaissait l'existence des fées. Ainsi était-elle vue comme une créature très laide, et difforme à cause de ses ailes (bien inutiles sous terre).

    Sa principale tâche était de creuser des tunnels mais avec ses petites mains frêles et fragiles elle avançait très lentement et, une fois encore, son peuple d'adoption la rejeta avec mépris.

    _ Mais ne sert-elle donc à rien?? Grognai un vieux troll.

    _ On ne veut pas de fainéante monstrueuse ici! Rajouta un gnome velu.

    La petite fée passa son chemin sans rien dire, comme toujours. Elle n'avait connu que ça toute sa vie. Son coeur accumulait pourtant toute sa tristesse mais son visage restait impassible. Quand toutes les créatures terminèrent leur travail, la petite fée, les doigts tout abimés, rentra dans son refuge, une grotte étroite, le seul endroit où elle se sentait un peu en paix. Se recroquevillant sur elle-même, elle s'endormit en rêvant d'une famille qui l'aurait aimé...

    Après une courte nuit, bien qu'incapable de savoir s'il faisait en réalité jour ou nuit,  elle se réveilla la gorge nouée comme à chaque fois. Elle avait bien du mal à supporter ces ténèbres même si elle ne connut que ça. C'est donc le coeur lourd qu'elle se rendit dans la galerie en même temps que d'autres travailleurs. Le plus souvent elle tentait de paraître invisible aux yeux des autres mais certains ne pouvaient s'empêcher de la maltraiter car malgré elle, elle laissait rarement indifférente.

    _ Tiens voilà le laideron, cria une des créatures

    Elle ignora la remarque mais se faisant ne s'aperçut pas du groupe qui s'était formé autour d'elle, menaçant.

    _ Va t'en personne ne veut de toi ici! Quand le comprendras-tu?

    _ Tu ne sers à rien, reste dans ton trou!

    Les uns aprés les autres ils offensèrent la petite fée jusqu'à lui lancer de la terre et des cailloux sur son corps et sur ses ailes fragiles.

    La malheureuse ne put en supporter davantage... Son coeur, protégé jusqu'alors par une épaisse carapace, se brisa en sept morceaux et libéra toute la rage, la rancoeur et la tristesse accumulées depuis des années. Une lumière sombre se diffusa tout autour d'elle, terrifiante, et figea toutes les créatures sur place. Lorsqu'elle repris conscience, épuisée et étourdie par tant de pouvoir, tout ce qu'elle pu voir fut un amas de poussière tourbillonnant. Nulle trace des êtres qui l'avaient meurtrie.

    Choquée, elle commença à trembler. Elle ne comprenait pas ce qui venait de se produire... Elle , si innocente, était devenue un monstre. La petite fée courut aussi vite que ses petites jambes lui permettait, à travers les galeries afin de fuir cet enfer sombre. Et aprés ce qu'il lui sembla être des heures elle s'arrêta enfin, perdue dans les souterrains, et pleura à chaudes larmes pour la première fois de son existence. Quand ses larmes se tarirent enfin, elle ne ressentit plus que du vide, et du froid à l'intérieur d'elle.

    Elle était seule et le resterait probablement à jamais.

    Mais elle n'était pas seule. Quelqu'un avait aussitôt ressenti le pouvoir de la petite fée. Il s'agissait de l'Esprit de la Terre. D'abord furieux par ce remue-ménage, il finit par éprouver de la compassion pour ce petit être qui n'appartenait pas au monde d'en bas. Tellement recouverte de terre et de poussière qu'on n'en distinguait plus la couleur de ses cheveux, le teint de sa peau ni la brillance de ses ailes diaphanes. Il décida donc d'apparaître sous la forme d'une Taupe, un de ses Messagers, afin de l'aider à regagner le monde de la surface.

    Ainsi la petite fée fit-elle la connaissance de Mama Taupe, le premier être qui lui accorda de l'attention et une certaine affection.

    _ Mon enfant, que fais-tu donc ici? Regarde toi comme tu as grise mine, ces souterrains ne rendent pas honneur à la beauté que tu es.

    La petite fée écarquilla les yeux car, si tout le bas monde connaissait son nom, Mama Taupe apparaissait rarement aux êtres vivants. Elle cria:

    _ Belle? Moi? Mama Taupe vous êtes aveugle, que savez vous de ma beauté??? Tout le monde dit que je suis si laide, c'est que cela doit être vrai.. Je suis si seule, personne ne me comprend.

    Et alors elle lui raconta sa vie de solitude et de misère au fond de la terre, sa rage et enfin le vide dans son coeur.

    _ Ma chère, tu as raison, mes yeux ne sont pas capables de voir physiquement , en revanche je vois trés bien avec le coeur et je peux t'assurer que le tien est pur. Il suffit juste d'en retrouver les morceaux...

    _ Mais comment les retrouverai-je? A quoi ressemblent-ils donc? Il fait trop sombre ici et je suis toute seule. Je n'y arriverai jamais... Gémit la petite fée.

    Mama Taupe commença à s'éloigner tout en chuchotant:

    _ C'est une quête que tu dois entreprendre seule, tu apprendras à avoir foi en toi et à savoir qui tu es vraiment. Même si ton coeur est en morceaux, tu reste liée à lui, suis ton intuition...

    _ Non ne t'en va pas! Ne me laisse pas! Que dois-je faire?

    La silhouette disparut mais un murmure résonna dans le tunnel,

    _ Une aide est toujours apportée à celui qui en a besoin.. Il suffit d'y croire.

    Et la petite fée se retrouva à nouveau seule, dans le noir, perdue. Mais elle n'oublia pas les paroles de Mama Taupe; celles-ci s'insinuèrent en son esprit jusqu'à y faire germer la pensée que, peut-être avait-elle raison, ici n'était pas la fin mais seulement le début du voyage de sa vie. Elle apprendrait pourquoi ce monde sombre n'était pas le sien même si au fond elle s'en doutait un peu et se sentait soulagée. Oui, elle allait retrouver sa vraie famille et les morceaux de son coeur même si cela prendrait du temps. Mama taupe croyait en elle et elle ne voulait pas décevoir le seul être qui lui avait témoigné de l'aide.

    A ces pensées, une faible lueur apparut un peu plus loin. La petite fée s'approcha et ramassa un petit caillou blanc. Alors une douce chaleur emplit son corps et elle retrouva un morceau de son coeur, celui qui avait pour nom ESPOIR.

     

     


    votre commentaire
  • Mélodie

    Bonjour!!

    Je cherchais depuis quelques temps ce que je pourrai rédiger comme article car ça me manquait un peu ^^ .

    Donc ma mère a retrouvé un petit livre illustré que j'avais acheté dans un vide grenier en "coup de coeur" tout simplement parce que son titre portait mon prénom et que son contenu me touchait et me rappelait des scènes de mon enfance..

    Voici une petite histoire telle que j'aimerai simplement en écrire, pour les enfants...

    "Mélodie"

    "Mélodie est une petite fille qui est née en chantant. Elle n'a jamais parlé et son chant est aussi mélodieux que celui des oiseaux. Chaque matin à son réveil elle met des fleurs dans ses cheveux et marche doucement dans l'herbe fraîche.

    Elle regarde le soleil qui lui sourit: "Bonjour Mélodie, je suis encore venue te voir ce matin. Tu es si belle dans mes rayons!" Mélodie danse alors en frappant dans ses mains.

    Un matin, Mélodie prenait joyeusement son bain dans la cascade. Un grand oiseau bleu s'arrêta pour la regarder. Mélodie aperçut l'oiseau. Elle le trouva si beau qu'elle s'approcha doucement vers lui et noua ses bras autour de son cou. Il lui dit: " Je veux te faire un cadeau, Mélodie. Je te donne cette petite graine bleue comme ton coeur. Sème la ce soir, arrose la et tu auras bientôt un ami qui te ressemble."

    Puis l'oiseau s'envola...

    Au coucher du soleil, Mélodie planta la petite graine dans une terre dorée juste à côté de la cascade. Elle l'arrosa en chantant jusqu'à la venue de la nuit. Elle s'allongea dans l'herbe au bord d'un ruisseau, dit bonsoir à la lune qui montait déjà dans le ciel, puis s'endormit avec les fleurs du verger. Elle fit de beaux rêves, bleus comme le bleu de son coeur.

    Le lendemain matin, elle courut à la cascade et découvrit un petit arbre aux feuilles bleues en forme de coeur. Elle passa la journée entière à le regarder, à l'arroser et à lui chanter ses chansons les plus belles

    Mais, le lendemain matin, sa surprise fut encore plus grande... L'arbre avait grandi et ses branches étaient chargées de fleurs et de fruits bleus comme le bleu du coeur de Mélodie, et ses feuilles en forme de coeur chantaient dans le vent l'amour de Mélodie."

    FIN

    De France Maternati, 1976.


    5 commentaires
  • L'Arc en ciel

    Bonjour!!

    Pour iris et  l'âme qui m'a choisie ^^

    Les arc en ciel sont fascinants et magnifiques! C'est egalement des auras arc en ciel autour de certains être que je vois (dans un monde de brume..)...J'en vois beaucoup ces derniers temps et donc voilà ce que j'ai pu trouver dessus :)

    L'arc-en-ciel ressemble à un pont géant ou à une porte et il est souvent nommé « le chemin du ciel ». Plusieurs personnes croient que l'arc-en-ciel est un rayon de lumière qui tombe sur la Terre lorsque saint Pierre ouvre les portes du ciel pour laisser entrer une autre âme. À Hawaii, en Polynésie, en Autriche, au Japon et pour quelques tribus amérindiennes, l'arc-en-ciel est le chemin que les âmes prennent dans leur route vers le ciel et on l'appelle le pont ou l'échelle pour aller plus haut ou dans d'autres mondes. Les Russes disent que l'arc-en-ciel est la porte du ciel. En Nouvelle-Zélande, les chefs morts voyageaient sur l'arc-en-ciel jusqu'à leur nouvelle maison. D'autres mythes racontent que l'arc est un ruisseau où les âmes s'abreuvent. Le Zoulou d'Afrique du Sud nomme l'arc-en-ciel « the Queen Arch » parce que c'est une des charpentes qui soutient la maison de la Reine du ciel. En Allemagne, le second arc-en-ciel plus pâle qui peut être observé parfois au-dessus du premier est perçu comme le travail de Satan qui tente de surpasser Dieu.

     En Polynésie, l'arc-en-ciel est le chemin pris par les dieux eux-mêmes. En Norvège, un géant du nom de Heimdal se tient sur un pont arc-en-ciel et fait la communication entre le ciel et la terre. Heimdal a l'ouïe tellement fine qu'il est capable d'entendre l'herbe pousser. Il garde Asgard, la maison des dieux norvégiens.

        Au Groenland, l'arc-en-ciel est l'ourlet des vêtements des dieux. Les Samoyèdes, le peuple mongol de Sibérie et les gens du peuple cherokee disent que c'est l'ourlet du manteau du dieu Soleil. Le fait que les Américains et les Mongols partagent le même mythe est peut-être une preuve de plus que l'Amérique et l'Asie étaient reliés autrefois. Cela expliquerait que les gens des deux côtés du Pacifique ont un héritage commun. Les anciens Welchs croyaient que c'était la chaise des déesses. En Croatie, c'était le siège de Dieu. La Bible compare l'arc-en-ciel à l'éclat du trône de Dieu. Au Mozambique, l'arc-en-ciel est vu comme une arme victorieuse de Dieu. En Afrique, l'arc-en-ciel encercle la Terre et il est un gardien du ciel.

        Dans les mythes allemands, l'arc-en-ciel est le bol utilisé par Dieu pour tenir ses pinceaux lorsqu'il colore les oiseaux. Le peuple Luyia du Kenya croit que Dieu a créé la pluie et que toute l'eau dans le monde vient de lui. Pour arrêter la pluie, lorsqu'elle n'est pas nécessaire, Dieu fait deux arcs-en-ciel, le plus étroit étant le mâle et le plus large étant la femelle. L'arc-en-ciel mâle ne peut pas arrêter la pluie par lui-même, mais lorsqu'il est suivi par la femelle, la pluie cesse. Certains peuples amérindiens croient que l'arc-en-ciel est fait des âmes des fleurs sauvages qui ont vécu dans la forêt et des muguets des prairies.

        Un mythe japonais raconte que le premier homme, Isanagi, et la première femme, Isanami, qui sont restés sur le pont flottant du ciel ont créé l'île d'Onogro.  Ils ont ensuite marché sur la Terre sur ce pont arc-en-ciel nommé Niji. Ils ont regardé les animaux et ils ont appris ainsi comment faire l'amour. Ils ont regardé les oiseaux et ils ont appris à manger avec des baguettes.

        À Kauai, la déesse de l'arc-en-ciel est Anuenue. Il y a une histoire concernant un enfant du nom de Ua, nom qui veut dire pluie, qui serait tombé du haut d'une falaise. Anuenue a utilisé son arc-en-ciel pour arrêter la chute de l'enfant et le sauver. L'enfant y est monté pour épouser Kulu-'i-ua, le fils du chef d'une tribu rivale. Leur mariage a apporté la paix sur l'île de Kauai.

        La tribu stoney croit que les géants habitaient le monde lorsqu'ils étaient très jeunes. Un jour, le chef de ces géants a atteint le ciel et il a saisi un arc-en-ciel géant afin de l'utilisé comme arc pour la chasse. Lorsqu'il l'a saisi, l'arc s'est coloré. Le géant est devenu tellement fâché qu'il a lancé l'arc contre une montagne. L'arc s'est brisé et ses pièces sont tombées dans le lac. Parfois au lever du soleil, les couleurs de l'arc-en-ciel détruit apparaissent dans l'eau du lac. Le pouvoir des esprits fait maintenant des arcs plus petits : ce sont ceux que nous pouvons voir aujourd'hui.

        Pour plusieurs bouddhistes, les sept couleurs de l'arc-en-ciel représentent les sept planètes et les sept régions de la Terre. Ils disent aussi que l'arc-en-ciel est la région la plus haute du sansara avant la fin du jour au nirvana ou au ciel. En Arabie, l'arc-en-ciel est une tapisserie posée par les mains du vent du sud. Il se nomme aussi « arc de nuages » ou « arc d'Allah ». En Islam, l'arc-en-ciel est constitué de quatre couleurs, le rouge, le jaune, le vert et le bleu. Chaque couleur représente un des quatre éléments de la Terre (air, eau, terre et feu).

    Dans la mythologie grecque, ce chemin entre ciel et terre a été créé par la messagère Iris (dont on retrouve trace dans le terme espagnol « arco iris »).

    Les rubans portés par les chamans bouriates, symbolisant la montée de l'esprit du chaman vers le ciel sont appelés arc-en-ciel. De nombreux mythes associent aussi l'arc-en-ciel à un serpent mythique (ou groupe de serpents).

    Dans la symbolique occidentale, l'arc-en-ciel (par ce qu'annonciateur du beau temps après la pluie ?) est souvent associé à la joie et la gaieté ou au renouvellement.

    Un arc-en-ciel apparaît dans le ciel au moment de la naissance de Fou-hi, et chez les Chibcha (Colombie), il protège les femmes enceintes.  ^^

    Inde
        Dans les mythes de l'Inde, la déesse Indra ne transporte pas seulement des coups de tonnerre comme le dieu grec Zeus, elle peut aussi transporter un arc-en-ciel, connu comme l'arc ou l'arme d'Indra. Une partie des mythes de l'Inde dit que Dieu aurait submergé toutes les formes de vie dans un océan de lait. Airavata, un éléphant blanc sacré dont le nom veut dire arc-en-ciel, fut une des premières créatures à naître du lait.

    Chrétiens
        Dans la chrétienté, l'arc-en-ciel représente le pardon, la réconciliation entre Dieu et l'humanité. C'est le trône du Dernier Jugement. Dans l'ancien symbolisme chrétien, les principales couleurs de l'arc-en-ciel étaient le rouge, le bleu et le vert, pour le feu, l'eau et la terre. L'arc-en-ciel était parfois vu comme la Vierge Marie qui menait le ciel et la terre en harmonie.

        L'Ancien Testament dit que Dieu a montré à Noé un arc-en-ciel après que le déluge se fut arrêté; c'était un signe que Dieu n'infligerait plus jamais de déluge à la Terre.

    Mayas
        Le livre des Mayas, qu'on appelle le "Chilam Balam", parle de la destruction d'un des mondes mayas par une pluie ardente qui convrit ciel et terre de cendres. Ceux qui échappèrent au violent tremblement de terre et évitèrent les arbres qui tombaient et les roches géantes virent un arc-en-ciel apparaître comme un signe que la destruction allait finir et qu'un nouvel âge allait commencer. Les Mayas croyaient que la déesse des arcs-en-ciel était Ixchel, la femme du dieu Itzamna. Elle était aussi l'esprit associé à la lune, à la sexualité, à l'accouchement et à la médecine. Une histoire mexicaine similaire, de l'État de Michoacan, raconte que Mauina, la déesse de la fertilité, vit sous un arc-en-ciel dans le jardin de la pluie et de l'eau.

    Navajos
        Les Navajos croient que les dieux voyagent sur les arcs-en-ciel parce qu'ils se déplacent rapidement. Ils savent que si tu cours vers le bout de l'arc-en-ciel, celui-ci se déplace plus loin avant que tu sois là, peu importe la vitesse à laquelle toi, tu te déplaces. Ils ont aussi représenté l'arc-en-ciel comme étant le pont entre le monde des humains et celui des morts. Ils disent que l'arc-en-ciel transporte les héros entre le ciel et la terre. Les Navajos disent aussi que l'arc-en-ciel est la déesse qui apparaît durant le chant rituel pour guérir les malades.

    Indiens
        Il existe une histoire parmi les gens de Shasta qui dit que le Soleil utilise les couleurs de l'arc-en-ciel pour se peindre lui-même lorsqu'il vient sur la Terre comme un Shaman ou un Homme de médecine. Les Yukis de Californie croient que les arcs-en-ciel sont les vêtements multicolores du Grand Esprit, celui qui a créé toute existence.

    La légende de l’arc en ciel

    Un beau jour, toutes les couleurs du monde entier se mirent à se disputer. Chacune prétendait qu’elle était la plus belle, la plus importante, la plus utile, la préférée !

    Elles se vantaient, à haute-voix, chacune étant bien convaincue d’être la meilleure. Le bruit de leur querelle se fait de plus en plus grand. Soudain, un éclair d’une lumière aveuglante apparut dans le ciel, accompagné de roulement de tonnerre. La pluie commença à tomber à torrents sans discontinuer. Effrayées, toutes les couleurs se tapirent et se rapprochèrent pour chercher un abri les unes près des autres.

    La pluie prit la parole : "Stupides créatures qui vous battez entre vous, chacune essayant de dominer l’autre, ne savez-vous pas que c’est Dieu qui vous a faites toutes, chacune dans un but particulier, unique et différente ? Il aime chacune d’entre vous, il a besoin de vous toutes.

    Joignez vos mains et venez à moi. Il va vous étendre à travers le ciel en un magnifique arc-en-ciel, pour vous montrer qu’il vous aime toutes, que vous pouvez vivre ensemble en paix. Comme une promesse qu’il est avec vous, et comme un signe d’espérance pour demain..."

    Ainsi, chaque fois que Dieu envoie une pluie pour laver le monde, il place l’arc-en-ciel dans son ciel, et quand nous l’apercevons, nous devrions nous rappeler qu’il veut que nous sachions, nous aussi, nous apprécier les uns les autres et le louer de notre merveilleuse complémentarité...

    Légende indienne

     

    Mes premiers mots en angmais ont été une comptine qui m'est revenue en tête dernièrement:

    • Red an yellow, pink and green
    • Purple and orange and blue
    • I can see the rainbow, see the rainbow,
    • Be the rainbow too

     

    L'Arc en ciel

    source: http://galileo.cyberscol.qc.ca/intermet/mythe/mythe_arc_en_ciel.htm`                                                                                             http://fr.wikipedia.org/wiki/Arc-en-ciel
    http://www.latoilescoute.net/la-legende-de-l-arc-en-ciel


    3 commentaires
  •  

    Bonjour,

    voici un conte du Zimbabwe que j'ai trouvé trés mignonne ^^

    " Comment les deux moitiés du serpent se retrouvèrent"

     

    Un chasseur avançait sur un chemin. Soudain il vit traverser un immense serpent; d'un coup de hache, il le trancha en deux. Une moitié se transforma en jeune fille et l'autre en jeune homme. Chacun s'en alla dans sa direction.

    Le chasseur, émerveillé suivit la jeune fille car elle était belle et il l'épousa. Ils vécurent heureux dans un village éloigné. Le temps passa, ils eurent des enfants puis des petits-enfants.

    L'autre moitié du serpent devenue jeune homme, vagabonda à travers le monde, ne trouvant nulle part son bonheur. Musicien errant, sa voix était si extraordinaire que partout où il passait, il trouvait bon accueil. Chaque fois il demandait des nouvelles de celle qui était devenue femme, mère et grand-mère. Mais jamais personne n'avait entendu parler d'elle.

    Soixantes années passèrent. Un soir, le musicien errant s'arrêta, fatigué, dans un village où il n'était jamais venu. Des hommes allumaient un feu la nuit et lui proposèrent l'hospitalité. Le musicien se mit à chanter pour les remercier. Non loin de là, cachée derrière  un arbre, une vieille femme écoutait attentivement les paroles de la chanson. C'était elle autrefois qui avait été l'autre moitié de serpent!

    Elle pleura puis se boucha les oreilles pour ne plus entendre et courut s'enfermer chez elle. Plus tard, elle envoya les hommes et les enfants qui étaient encore dehors se coucher. Le musicien jouait seul assis prés du feu. Lorsqu'il se remit à chanter, la vieille femme lui répondit en écho du centre de la place.

    Des villageois l'entendant, s'en étonnèrent:

    " La vieille, comment connais-tu cette chanson?"

    Elle ne répondit rien, s'approcha lentement du feu en chantant. dés qu'elle eut rejoint le musicien, leurs corps s'unirent pour n'en former qu'un à nouveau. Un énorme serpent qui, en ondulant, disparut dans la nuit.


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique